Comment est-ce possible que des jumeaux ou les triplés proviennent d'un seul embryon?

Page d'accueil » Nouvelles » Comment est-ce possible que des jumeaux ou les triplés proviennent d'un seul embryon?
389

Comment est-ce possible que des jumeaux ou les triplés proviennent d'un seul embryon?

Durant un certain temps, les experts en fertilité ont fait valoir qu'il était préférable de transférer un seul embryon dans l’utérus de la femme lors d'une FIV. Cette méthode aide à prévenir les problèmes liés aux grossesses multiples, telles que la mort foetale, les fausses couches, les naissances prématurées et l'insuffisance pondérale à la naissance. Cependant, même lorsqu'un seul embryon est transféré, certaines femmes donnent naissance à des jumeaux ou, dans des cas encore plus rares, à des triplés. Comment cela est-ce possible?

Une nouvelle étude menée par des scientifiques japonais et publiée dans la revue Human Reproduction a révélé la prévalence et les causes de ce phénomène. Les chercheurs ont pu déterminer que la proportion de grossesses multiples obtenues après le transfert d'un seul embryon était de 1,6%. Parmi elles, 1,36% sont le résultat d'un processus appelé division zygotique.

Après avoir analysé 937 848 cycles de transferts d’un seul embryon, les scientifiques ont identifié les facteurs susceptibles d’augmenter les risques de grossesse multiple. Certains de ces facteurs incluent l'utilisation d'embryons congelés et une technique plus connue sous le nom d’éclosion assistée. Il s'agit d'une méthode consistant à faire un petit trou dans la couche protéique qui entoure l'embryon pour faciliter son éclosion et sa fixation à l'utérus.

L'un des auteurs de l'étude, le Dr Keiji Kuroda de la clinique Sugiyama et de la faculté de médecine de l'Université japonaise de Juntendo, a déclaré: «À la suite de nos recherches, les cliniciens décideront s'ils doivent prévenir les couples de la légère augmentation du risque d'une grossesse multiple après la segmentation du zygote dans le cadre de manipulations embryonnaires".

"Une fois que le sperme a fertilisé l'ovule, il devient un zygote. Il contient toute l'information génétique des deux parents nécessaire à la création d'une nouvelle personne. Bientôt, cette cellule se divise en un plus grand nombre de cellules, appelées blastomères, qui finalement forment un embryon. La division zygotique se produit lorsqu'un zygote se divise en deux ou en plusieurs zygotes qui se développent de manière individuelle et finissent par devenir des embryons uniques. Cela conduit à l'apparition de vrais jumeaux ou triplés dits "monozygotes".

Sur les 1,36% de grossesses multiples, 4310 jumeaux et 109 triplés ont été identifiés. Les chercheurs ont découvert que l'utilisation d'embryons congelés dans le cadre de transferts d'un seul embryon entraînait une augmentation de 34% du risque de grossesses multiples. De plus, la maturation des blastocystes en laboratoire avant le transfert embryonnaire augmenterait ce risque de 79%. L'incubation assistée a contribué à une augmentation de 21% de cet indice.

«La culture des blastocystes est associée à un degré élevé de division zygotique des trois facteurs de risque que nous avons identifiés. La sélection d'embryons à l'aide d'un test automatisé et informatisé destiné à l'analyse de prises de vue au ralenti et du transfert de zygotes, lorsqu'ils commencent à peine à se diviser, pourrait être une solution pour réduire cette probabilité », explique le Dr Kuroda.

Bien que seuls des patients japonais aient participé à cette étude, le Dr Kuroda est convaincu que les résultats devraient être les mêmes pour tous les pays et toutes les races, car il n’existe aucune preuve de différences raciales dont en dépendrait le processus de division zygotique.

Etant donné qu'en termes de traitement de l’infertilité, les gens du monde entier font de plus en plus le choix de la FIV,  les résultats de cette étude aideront à sensibiliser les couples sur la probabilité des résultats avant qu'ils ne commencent un traitement particulier.

 

Article basé sur les travaux exposés dans la revue scientifique généraliste AAAS